Idée innovante, start-up grandissante !

Matin brumeux, petite pluie, froid qui n’en finit pas. C’est au pas de course que j’arrive au chaleureux espace de travail partagé et café Le 5e, qui apporte un peu de soleil.

Guillaume et Louis-Philippe, du haut de leurs 24 ans, m’attendent patiemment assis à une table, ordinateurs ouverts, tasses de café fumantes à la main.

Je m’empresse de m’assoir, de me présenter brièvement et c’est parti pour une heure d’échange dynamique sur Unero, plateforme de freelancing étudiante qu’ils viennent de créer il y a quelques mois seulement.

Unero2Guillaume et Louis-Phillipe

Comment à commencé Unero?

Guillaume : Tout a commencé suite à un stage que Nicolas, le co-fondateur d’Unero, a réalisé dans une compagnie dans le cadre de ses études. Il m’a contacté un soir en me parlant de son idée : comment continuer à acquérir de l’expérience tout en mettant en pratique nos connaissances académiques. Tout est parti de là.

On s’est aperçu qu’il y a avait également un besoin chez les entreprises qui ont des projets  ponctuels ne nécessitant pas l’embauche d’une personne ni d’un stagiaire. On a décidé de créer un site web où les compagnies pourraient partager leurs besoins et où les étudiants pourraient proposer leurs services pour quelques heures par semaine. C’est alors qu’Unero est né, à l’automne 2016.

Le concept validé, il fallait du renfort pour promouvoir le site, d’une part, auprès des étudiants et d’autre part, auprès des organisations.

Louis-Philippe : Et c’est là que j’interviens! En recherche d’emploi, après ma maitrise en administration des affaires de l’Université de Sherbrooke, on m’a informé, par connaissances interposées, du projet de Guillaume et Nicolas. J’ai décidé de les rencontrer. Le projet m’a plu et le défis encore plus. Malgré toutes les incertitudes et mon inexpérience dans ce champ précis, j’ai décidé d’aller de l’avant en appelant et en rencontrant les organisations. La persévérance a payé.  Nous avons signé notre premier contrat en janvier et plusieurs depuis ont suivi.

Comment ça marche?

Guillaume : Il suffit que l’employeur se rende sur le site, inscrive son besoin ou sa problématique, et nous la partageons à notre base de données d’étudiants. Rapidement, 3 soumissions lui seront remises.

Louis-Philippe : Concrètement, cela permet à l’étudiant d’avoir une mission dans son domaine d’études et à l’employeur d’accéder à des services ponctuels à des tarifs compétitifs. Actuellement, nos étudiants proviennent de 12 programmes différents. Les mandats peuvent être effectués sur le lieu de travail des entreprises, mais également à distance.

Dans cette aventure, qu’est ce qui a été le plus difficile pour vous?

Louis-Philippe : Je dirais que l’approche des entreprises n’a pas été simple. Les processus peuvent être longs et complexes avant de pouvoir s’assoir avec une personne et présenter nos services.

Guillaume : Comme nous en sommes encore aux prémisses, il a fallu très souvent se réajuster et réorganiser nos stratégies. Nous sommes encore en phase d’apprentissage et de réajustement et cela demande beaucoup de flexibilité.

Qu’est ce qui est le plus facile?

Louis-Philippe : Le fait de se sentir en évolution de manière permanente est très enrichissant.

Je réalise que j’ai une vraie piqûre pour l’entreprenariat. De plus, l’entraide et l’engouement pour le projet font de nous une très bonne équipe.

Guillaume : J’ajouterais que notre motivation et notre détermination nous aide à dépasser les conflits. Nous essayons d’être francs entre nous et de toujours trouver des ententes qui font consensus. Chacun à sa personnalité, sa spécialité et ses préférences. On recherche toujours l’équilibre.

Inscrivez-vous et testez Unero

Vous êtes un EMPLOYEUR et vous souhaiter utiliser les compétences d’un étudiant pour une problématique particulière? C’est ici

Vous êtes un ÉTUDIANT et vous aimeriez travailler quelques heures par semaine dans votre domaine d’études? C’est là